Agrochimie

Le Roundup, un poison pour Bayer

Un jury américain a considéré le désherbant comme un «facteur substantiel» dans l'apparition du cancer d’un septuagénaire. C’est le deuxième revers judiciaire pour le groupe allemand, qui a racheté Monsanto il y a moins d’un an et qui voit les difficultés s’accumuler

En septembre dernier, le patron de Bayer disait n’avoir «aucun regret» à propos du rachat de l’américain Monsanto. Werner Baumann publiait alors un avertissement sur les bénéfices du groupe allemand. La cause: cette acquisition à 63 milliards de dollars, ayant elle-même déjà été difficile à faire valider par les autorités réglementaires. Il venait en outre de subir un revers juridique promettant encore une série de poursuites judiciaires. Puis, en novembre, le groupe annonçait la suppression de 12 000 emplois à travers le monde, soit 10% des effectifs.

Lire aussi: Comment Bayer veut faire oublier Monsanto