Royal Dutch Shell doit réduire ses émissions de CO2 de 45% d’ici à fin 2030. Le verdict est tombé mercredi. Un tribunal néerlandais a donné raison à la partie civile, constituée d’un collectif d’ONG environnementales et de plus de 17 000 citoyens, qui estimaient que le géant pétrolier n’en faisait pas assez pour s’aligner sur l’Accord de Paris.