L’inflation a subi un gros coup de frein en août au Royaume-Uni, à 0,2% contre 1% en juillet, principalement en raison d’un programme gouvernemental de subventions des repas pris dans les restaurants pour dynamiser le secteur.

D’après les chiffres publiés mercredi par l’Office national des statistiques (ONS), «la chute des prix dans les restaurants et cafés s’est traduite par la plus forte contribution à la baisse (0,44 point de pourcentage)» de l’inflation sur douze mois entre juillet et août.

Lire aussi: Face à la pandémie, le Royaume-Uni se convertit à l’interventionnisme d’Etat

Le programme «Eat Out to Help Out», qui a été appliqué à quelque 100 millions de repas, a pris en charge 50% de l’addition à hauteur de 10 livres (11.70 fr.) par personne hors boissons alcoolisées. Il était valable en août seulement, du lundi au mercredi.

Secteurs du voyage et de l’habillement touchés

En outre, «pour la première fois depuis le début de l’enregistrement de ces données, les tarifs du secteur aérien ont baissé en août car moins de gens ont voyagé à l’étranger pour les vacances» à cause de la pandémie de Covid-19, commente Jonathan Athow, statisticien de l’ONS.

Un éditorial: La chance insolente de Boris Johnson

Dans le secteur de l’habillement, durement éprouvé par le confinement pendant lequel les ventes de vêtements se sont écroulées, «l’habituelle hausse saisonnière des prix à mesure que les collections d’automne arrivent en magasins (après les soldes) n’a pas eu lieu non plus», ajoute-t-il.

Nouveaux rachats d’actifs probables

Le plus gros facteur haussier pour les prix le mois dernier est venu des jeux, jouets et divertissements, de l’hôtellerie et de l’hébergement avec la levée de la plupart des restrictions aux déplacements au Royaume-Uni et la saison des vacances. Les voitures d’occasion, notamment en demande pour éviter les transports publics, ont également contribué à faire remonter les prix, note l’ONS.

Une revue de presse: Une année et un mauvais virus plus tard, Boris Johnson accumule les ennuis mais reste populaire

Pour les analystes de Pantheon Macro, malgré la fin du programme Eat Out to Help Out, l’inflation «devrait rester largement sous 1% jusqu’à la fin de l’année», autour de 0,6%, «ce qui pourrait persuader le Comité de politique monétaire» de la Banque d’Angleterre, qui se réunit jeudi, «de lancer de nouveaux rachats d’actifs».