éditorial

Ruag: l’aérospatiale, un abandon préjudiciable

ÉDITORIAL. La Confédération fait le choix de privatiser les activités spatiales et aéronautiques de Ruag, estimant qu’elles n’ont aucun intérêt public. Ce faisant, elle perd la main sur des domaines sensibles

Le verdict est sans appel: «Il n’y a aucun intérêt public à garder ces activités en mains de la Confédération», a lancé lundi la cheffe du Département fédéral de la défense (DDPS), Viola Amherd. Elle justifiait ainsi la privatisation des divisions spatiale et aéronautique de Ruag. A terme, ne resteront sous la supervision de Berne que les prestations directement liées à l’armée suisse.

Lire aussi: Ruag se mue en groupe aérospatial privé