Le verdict est sans appel: «Il n’y a aucun intérêt public à garder ces activités en mains de la Confédération», a lancé lundi la cheffe du Département fédéral de la défense (DDPS), Viola Amherd. Elle justifiait ainsi la privatisation des divisions spatiale et aéronautique de Ruag. A terme, ne resteront sous la supervision de Berne que les prestations directement liées à l’armée suisse.

Lire aussi: Ruag se mue en groupe aérospatial privé