La mariée est parée. L’entreprise d’armement Ruag, aujourd’hui propriété à 100% de la Confédération, se métamorphose en un géant de l’aérospatiale. Ce futur fleuron technologique, regroupant les divisions Space et Aerostructures du groupe, sera entièrement privatisé par le biais d’une introduction en bourse à moyen terme. «Sa valeur est estimée entre 500 et 700 millions de francs», a précisé lundi devant la presse son patron, Urs Breitmeier.

Lire aussi: Chez Ruag, la privatisation commence par le spatial