Son avocate a communiqué jeudi soir la décision. Pour l’heure, l’ex-banquier se trouve toujours derrière les barreaux après avoir été à nouveau arrêté mercredi soir, juste après la publication de son jugement. Il n’est toutefois pas en détention préventive, a indiqué le procureur Peter Pellegrini.

Le Ministère public s’est donné jusqu’à vendredi soir pour décider de l’incarcération ou non de Rudolf Elmer. Après sa condamnation à 240 jours-amendes à 30 francs (7200 francs) avec sursis pendant deux ans – alors que la procureure avait requis huit mois de prison ferme – l’ex-banquier a été à nouveau arrêté pour une procédure pénale ouverte contre lui en raison de soupçon d’infraction à la loi bancaire.

Les raisons de cette nouvelle procédure et de cette arrestation sont les deux disques de données bancaires que M. Elmer a remis lundi à Londres au fondateur de Wikileaks, Julian Assange. Selon le communiqué, il s’agit maintenant d’élucider si l’ex-banquier a ainsi enfreint la loi bancaire suisse.

Huit ans aux Caïmans

Rudolf Elmer a été pendant huit ans responsable de la filiale de Julius Baer dans les Iles Caïmans. Il a reconnu avoir envoyé des courriels anonymes à son ancien employeur après avoir été licencié. Il y menaçait la banque de révéler des données sur la clientèle au fisc et aux médias, car il sentait que lui et sa famille étaient surveillés par la banque.

Il a expliqué aux juges avoir constaté dans le cadre de ses fonctions que les activités de la banque Julius Baer aux Iles Caïman étaient «immorales, non conformes à l’éthique et avaient pris un tour criminel». Il a donc décidé d’agir.