Les effets secondaires des taux négatifs continuent de se déployer. En manque d’alternatives pour placer leurs abondantes liquidités, les investisseurs institutionnels, des caisses de pension aux fonds immobiliers en passant par les assurances, conservent un féroce appétit pour la pierre.