Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Spécialisé dans la fabrication de capteurs et instruments de mesure, le groupe de Crissier (VD) a notamment annoncé avoir décroché un contrat mondial avec McDonald’s concernant un capteur de mesure des huiles de friture.
© DR

Capteurs

Rüeger plonge dans les friteuses de McDonald’s

L’entreprise familiale vaudoise qui fête ses 75 ans a présenté ses innovations. Ses capteurs visent aussi bien la restauration que la dentisterie

Fondée en 1942 par Ernst Rüeger et Georges Bloch – l’inventeur du thermomètre bimétallique –, l’entreprise familiale Rüeger a saisi l’occasion de ses 75 ans d’activité pour présenter mardi trois innovations issues de son département de recherche et développement. Spécialisé dans la fabrication de capteurs et instruments de mesure, le groupe de Crissier (VD) a notamment annoncé avoir décroché un contrat mondial avec McDonald’s concernant un capteur de mesure des huiles de friture.

Rüeger a investi en 2009 dans le capital de la start-up lausannoise Alpsens, issue de l’EPFL. Les deux sociétés ont mis au point un capteur qui détermine la quantité de composés polaires présents dans les huiles de friture en temps réel, en continu et à toutes les températures.

«Maîtrise des coûts»

L’huile s’oxyde au contact de l’air et sa vitesse d’oxydation augmente considérablement lorsqu’elle est échauffée. Sous l’effet de la chaleur, les molécules se transforment et génèrent des composés polaires, nocifs pour la santé. La plupart des pays européens ont légiféré pour que la teneur de l’huile alimentaire ne dépasse pas 24 à 27% de composés polaires. «Les mesures de contrôle sont souvent faites par les restaurateurs de manière manuelle. Soit l’huile dépasse la limite acceptée, avec le risque que cela induit pour la santé du consommateur, soit elle est changée avant d’avoir atteint le seuil toléré, entraînant un gaspillage, a expliqué Bernard Rüeger, président du conseil d’administration. Notre appareil permet une économie de la quantité d’huile utilisée.»

Nous avons négocié pendant deux ans et demi et avons effectué six mois de test avec McDonald’s qui a finalement décidé d’intégrer notre technologie

Après Coop et Migros, la société vaudoise a signé il y a deux ans un contrat avec le groupe américain Hemmy Penny qui détient notamment 80% du marché des friteuses en Europe pour McDonald’s. «Nous avons négocié pendant deux ans et demi et avons effectué six mois de test avec McDonald’s qui a finalement décidé d’intégrer notre technologie», a noté Bernard Rüeger. D’autres chaînes, comme Burger King, Kentucky Fried Chicken ou Wendy’s pourraient suivre. «L’objectif est d’installer 10 000 capteurs, ce qui pourrait générer un chiffre d’affaires de 10 millions de francs», prévoit Gérald Chambon, fondateur d’Alpsens.

Le senseur sera fabriqué à Crissier. «Les produits à forte valeur ajoutée sont fabriqués ici. Seuls les instruments plus matures sont conçus à l’étranger, en Malaisie ou en Hollande, afin de proposer des prix plus compétitifs. Si nous n’avions pas ouvert notre site en Malaisie, nous ne serions que vingt personnes ici à Crissier, a rappelé Bernard Rüeger. Nos filiales à l’étranger pérennisent notre société.»

Fours à vapeur et dentisterie

L’entreprise, dirigée depuis 1992 par la troisième génération – Bernard et Jean-Marc Rüeger – a également annoncé le développement de capteurs du taux humidité pour les fours à vapeur professionnels. En outre, le groupe qui emploie 200 personnes – dont 80 à Crissier – vise aussi le secteur de la dentisterie. La PME a présenté un capteur intégré au foret chirurgical utilisé pour la pose d’implants dentaires. Celui-ci permet de mesurer la température de l’os par spectre optique durant l’opération.

«Le processus de perforation est délicat car le frottement du foret sur l’os fait monter la température. Si celle-ci excède 42 degrés, les tissus osseux peuvent se nécroser. L’os cicatrise mal et la prise de l’implant dans l’os de la mâchoire se fait difficilement, voire pas du tout», a expliqué Patrick Assal, médecin dentiste. Le premier prototype est terminé et les essais cliniques de laboratoires démarreront en 2018.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)