Spéculations, indiscrétions, suppositions… Le possible rachat de Telekom Austria par Swisscom alimente la rumeur depuis désormais plus de six mois. Des médias autrichiens avaient fait état, au début de l'année, de discussions entre les deux opérateurs, avant que le Financial Times ne croie savoir, fin avril, que les négociations avaient échoué à cause de divergences sur le prix à payer par Swisscom. Or le magazine Cash affirme désormais, se basant sur les propos d'un haut responsable de Swisscom, que l'annonce du rachat serait imminente.

Selon le magazine alémanique, Jens Alder et son homologue de Telekom Austria se seraient rencontrés à de nombreuses reprises, et une convention de principe serait déjà signée. «Du côté de Swisscom, tout est en principe prêt pour un rachat», affirmait le haut responsable de Swisscom cité sous anonymat. Si l'on prête à l'opérateur helvétique un tel intérêt pour Telekom Austria, c'est parce qu'il possède le profil de la proie idéale, un profil dressé par Swisscom lui-même: une direction expérimentée, un faible profil de risque et la possibilité de s'emparer de la majorité de son capital. Swisscom, qui pourrait lever facilement 10 milliards de francs pour une acquisition, rachèterait dans un premier temps les 47,2% détenus par la holding publique ÖIAG, puis les 14,8% en mains de Telecom Italia, les deux actionnaires ayant fait part de leur intention de céder leur participation. Le gouvernement autrichien a décidé le 1er avril dernier la privatisation totale de l'opérateur, alors que Telecom Italia s'est donné jusqu'à fin 2004 pour se défaire de sa participation.

Rumeurs à Monaco

Reste à savoir si Swisscom ne payerait pas trop cher son acquisition. Le montant de 13 euros par titre est évoqué, soit une prime de 30% par rapport au cours actuel. Dans une analyse publiée hier, LODH s'inquiétait du faible pourcentage de croissance du chiffre d'affaires (2%) de Telekom Austria, ainsi que des synergies quasi nulles qui pouvaient être réalisées entre les deux opérateurs au niveau des lignes fixes. Par contre, LODH, qui a abaissé hier l'objectif de cours de Swisscom de 500 à 450 francs, soulignait la marge de l'EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de Telekom Austria (36%), supérieure à celle de Swisscom (30%). Jens Alder l'a répété à plusieurs reprises, une acquisition ne ferait sens, du point de vue des actionnaires, que si elle leur rapportait davantage qu'un rachat de titres – soit environ 8% par année. Et difficile, au vu des chiffres en circulation, de déterminer exactement la profitabilité de l'opérateur autrichien pour Swisscom.

De nouvelles rumeurs, relayées par Le Figaro tout récemment, voyaient, elles, Swisscom comme candidat au rachat de Monaco Telecom, que Vivendi Universal et la Principauté de Monaco voudraient céder. L'opérateur monégasque a réalisé un chiffre d'affaires de 170 millions d'euros en 2002.