Horlogerie

Des rumeurs sur la vente de Breitling refont surface

La marque au B ailé serait mise en vente, selon différents médias. Elle est l'une des dernières maisons horlogères en mains indépendantes

Breitling serait à vendre. L’information, à mettre au conditionnel, a été publiée mardi par l’agence Bloomberg qui cite trois sources proches du dossier. Contactée, la marque n’a pas souhaité commenté ce qu’elle qualifie de simples rumeurs.

La société basée à Granges (SO) serait conseillée par la banque d’investissement GCA Altium, selon Bloomberg. Qui ajoute que Breitling intéresse davantage des groupes de luxe plutôt qu’un fond de capital-risque.

Lire aussi: «Breitling se porte bien en Suisse, malgré le franc fort» (22.09.2016)

La vente de Breitling, qui possède notamment une fabrique à La Chaux-de-Fonds (NE) et emploie 400 personnes en Suisse, est une information qui remonte périodiquement à la surface de l’actualité horlogère. Au milieu du mois de novembre, la NZZ Am Sonntag publiait déjà un article dans ce sens.

"Depuis 1992 que je travaille pour cette entreprise, j’ai déjà entendu cette rumeur plusieurs fois. Je ne souhaite pas la commenter", a sobrement répondu Jean-Paul Girardin, vice-président de Breitling contacté par Le Temps.

Selon les estimations de la banque Vontobel, la marque au B ailé aurait réalisé un chiffre d’affaires estimé à 370 millions de francs l’an dernier en fabriquant des montres qui s’adressent essentiellement aux pilotes. Elle appartient à la très discrète famille Schneider depuis 1979.

Publicité