Rupert Murdoch, fondateur du groupe transcontinental de médias News Corp., a jugé mercredi que son groupe sortirait renforcé du scandale des écoutes téléphoniques qui l’ébranle, dans un communiqué au personnel de la société.

«Je veux que vous sachiez tous que j’ai la plus grande confiance dans le fait que nous sortirons avec une compagnie plus forte» du scandale, assure Rupert Murdoch dans un communiqué dont l’AFP a pris connaissance.

«Cela prendra du temps pour reconstruire la confiance», poursuit le magnat des médias qui se dit déterminé à répondre aux attentes des «actionnaires, des consommateurs, des collègues et des partenaires».

L’action de News Corp a bondi à la Bourse de New York mardi après l’audition de son patron Rupert Murdoch devant des parlementaires britanniques, une progression que les analystes mettaient sur le compte d’un rebond technique.

L’action a également enregistré une forte hausse de 4,8% mercredi à l’ouverture de la bourse de Sydney avant de retomber légèrement. Dans la matinée, le titre s’échangeait en hausse de 3% à 14.94 dollars australiens.

En plein scandale des écoutes téléphoniques, Rupert Murdoch s’est montré combatif et s’est dit déterminé à se dédouaner devant les députés britanniques.

«J’ai été choqué et consterné par les récentes allégations concernant News of the World, et je suis profondément désolé pour le mal qui a été fait», a ajouté Rupert Murdoch dans son communiqué au personnel du groupe.

«Et nous avons assumé nos responsabilités. Je dirige cette entreprise depuis plus de 50 ans et je l’ai toujours imprégnée d’un esprit audacieux. Mais je n’ai jamais toléré le genre de comportement qui a été décrit lors des semaines écoulées. Cela n’a pas sa place chez News Corp.», a-t-il assuré.

«Ces graves allégations pesant sur d’anciens employés de News of the World sont en totale contradiction avec nos codes de conduite et ne reflètent pas le travail et les conceptions de la plupart de nos employés», a encore écrit le magnat.