Cela peut paraître paradoxal, mais une marée de plastique va bientôt affluer de la zone arctique. Deux géants industriels russes, Gazprom et Sibur, envisagent ou construisent déjà de gigantesques complexes pétrochimiques destinés à transformer les produits dérivés de l’extraction d’hydrocarbures en plastique destiné à la grande consommation, à la construction et à d’autres industries.

Les bourses se délient au rythme accéléré de la fonte des glaces. La production de plastique ne représente qu’une petite part d’un projet extrêmement ambitieux dévoilé la semaine dernière par le gouvernement russe. Le nouveau ministre de l’Extrême-Orient et de l’Arctique, Alexander Kozlov, table sur des investissements de 14 700 milliards de roubles (228 milliards de francs) pour l’exploitation de nouveaux gisements de pétrole et de gaz en zone arctique. Les groupes pétroliers, un peu réticents devant les risques technologiques et financiers, bénéficieront d’un régime fiscal très avantageux avec 5% sur la production de pétrole pendant quinze ans.