Fraudes

En Russie, une «transparence» à double tranchant pour les banques

La banque centrale de Russie affirme avoir porté à un niveau jamais atteint la transparence et la stabilité du secteur bancaire. Le revers de la médaille, ce sont les incessantes et massives fuites de données personnelles, ensuite exploitées par les criminels

Le secteur financier russe n’a «jamais été aussi stable et transparent», à en croire la directrice de la banque centrale de Russie (BCR), Elvira Nabiullina, dans des propos tenus jeudi dernier. L’agence de notation Moody’s paraît sur la même longueur d’onde, elle qui relevait lundi la note du pays au niveau «investissement», notant le «renforcement en matière de dette budgétaire et extérieure, ce qui augmente sa résilience aux chocs externes. Pour le secteur bancaire stricto sensu, Moody’s a toutefois abaissé sa note le 23 octobre dernier, de «positif» à «stable», à cause de «conditions macroéconomiques médiocres [qui] entravent le recouvrement des prêts problématiques». La «stabilité» est interprétée dans le sens du «verre à moitié vide».

Lire aussi: La Russie doit se passer d’investissements étrangers