Gouvernance

Les salaires de la direction de Richemont ont baissé de huit millions de francs

Au sein du groupe de luxe genevois, le patron Richard Lepeu, son ancien acolyte Bernard Fornas et le directeur financier Gary Saage ont perçu un total 27,9 millions pour l'exercice 2015/16. La valeur des rémunérations en options est en nette baisse

Le climat conjoncturel horloger s'est nettement refroidi, l'an dernier. Et les grands dirigeants des groupes de luxe en font aussi les frais, voyant leur rémunération baisser par rapport à l'année précédente.

Chez Richemont, Bernard Fornas, qui a quitté son poste de codirecteur à la fin de mars, a reçu 9,7 millions de francs au titre de l’exercice clos à la même date. Il avait touché 11,7 millions un an plus tôt, indique le groupe genevois dans son rapport annuel publié vendredi. Le chef des finances, Gary Saage, a, lui, perçu 8,5 millions de francs. En 2014-15, il avait obtenu 9,9 millions.

Richard Lepeu, qui dirige désormais seul le navire, a aussi vu son salaire nettement diminuer. Il a atteint 9,7 millions de francs, contre 14,3 millions lors de l’exercice précédent. A titre de comparaison, le directeur général de Swatch Group, Nick Hayek, a lui aussi vu sa rémunération totale baisser durant l’année 2015. Elle s’est élevée à 6,9 millions de francs, en recul de 7,7%.

Moins d’options

Selon le rapport de Richemont, la partie fixe de la rémunération de Richard Lepeu a baissé de 4,47 millions à 4,06 millions en une année. La partie variable s’élève à 2,8 millions, contre 2,96 millions en 2014-15.

La différence est plus accentuée en ce qui concerne la partie en options, qui est calculée en fonction de la valeur des titres durant l’exercice. Les 137 500 options perçues par le patron de Richemont sont évaluées à 2,39 millions de francs. L’an dernier, il en avait reçu 250 000, pour une valeur estimée à 6,25 millions.

Au 31 mars 2016, Richard Lepeu avait accumulé un total de 1,89 million d’options. En moyenne, détaille le groupe, elles lui donnent le droit d’acheter des actions à un prix de 66,56 francs. Les 137 500 options qu’il a reçues en 2015-16 ont, elles, un prix d’exercice de 83,30 francs. C’est la valeur que doit atteindre l’action Richemont pendant la durée de vie de l’option, pour pouvoir être utilisée - exercée. Vendredi matin, le titre du groupe genevois valait 58,30 francs.

Administrateurs aussi touchés

Le conseil d’administration de Richemont, composé de 18 personnes, a aussi vu sa rémunération totale baisser. Mais son nombre a également diminué de deux personnes. Au total, il a empoché 9 millions de francs contre 13 millions lors de l’exercice précédent. Le président de ce conseil, Johann Rupert, a, quant à lui, gagné 3,2 millions de francs contre près de 3,5 millions en 2014-2015.


Lire aussi:

Publicité