Analyse

Quand son salon et son bureau ne feront plus qu’un

L’accroissement du travail à domicile incitera les entreprises à réajuster leurs structures. Les bureaux rutilants et les «open spaces» à moitié vides ne répondent à aucune logique durable

Mon voisin travaille à plein temps dans une entreprise britannique. Il y occupe un poste de cadre. Pourtant, il ne se déplace pas très souvent à Londres et sa voiture reste presque toujours parquée devant son domicile. Il fait ce qu’on appelle du télétravail. A défaut de prendre des cafés avec ses collègues ou de passer du temps dans les transports publics, il joue de la clarinette.

Cela fait longtemps que le phénomène de télétravail existe mais il s’amplifie avec l’extension des réseaux à haut débit et la généralisation du cloud. Les salariés peuvent discuter sur des forums internes ou par mails et les réunions se font en visioconférence.