Automobile

Le Salon de l'auto attend 88 premières mondiales

La messe de l'automobile se tiendra du 3 au 13 mars à Genève. Le secteur s'est très bien porté l'an dernier malgré l'affaire des moteurs truqués du groupe Volkswagen

200 exposants seront présents du 3 au 13 mars au Salon de l'auto de Genève. Le nombre de constructeurs est en baisse. Cette année, les marques chinoises seront absentes. «Je suis certain qu'elles reviendront en 2017, car cette année Qoros veut se concentrer sur le marché chinois et Geely n'a pas de nouveau modèle», précise André Hefti, directeur général du Salon.

La manifestation occupera 106 000 m2, dont 77 323 m2 de surface nette. La demande était légèrement supérieure (78 650 m2) malgré la diminution du nombre d'intéressés. En 2014, 250 exposants étaient présents. «Les grandes marques demandent davantage de surfaces car plusieurs constructeurs ont étendu leur gamme et veulent présenter tous leurs modèles. C'est notamment le cas de Mercedes qui vend désormais aussi de petits véhicules», constate André Hefti.

700 000 visiteurs attendus

La direction du Salon, qui attend entre 650 000 et 700 000 visiteurs, pour moitié en provenance de l'étranger (France, Italie surtout), annonce 120 modèles inédits, dont 88 premières mondiales et 32 premières européennes.

Parmi les modèles les plus attendus citons la nouvelle Renault Scénic, et dans la catégorie haute sur pattes, très prisée en Suisse, l'Audi Q2 et le premier modèle SUV de Seat. Citröen, Peugeot et Toyota présentent un monospace de 2 litres de cylindrée basé sur la même plateforme.

Une Bugatti à 2,2 millions de francs

Pour les bourses bien garnies Bugatti expose le modèle Chiron, un monstre de puissance qui remplace la Veyron pour la modeste somme de 2,2 millions de francs. Ferrari lance un bolide quatre places, la GTC4 Lusso, alors que Maserati aborde le tout terrain (SUV Levante).

L'année automobile 2015 a été excellente aux Etats-Unis (+5,7% à 17,5 millions de véhicules vendus), en Europe (+9,3%, à 13,7 millions). En Suisse, malgré la levée du taux plancher en janvier, les ventes ont augmenté de 7,2%, à 323 783 véhicules. «Après la décision de la BNS, rares sont ceux qui auraient parié sur ce chiffre», note François Launaz, président d'auto-suisse. Les constructeurs et les importateurs ont réagi par des rabais de 15 à 20%. «Les clients ont ainsi anticipé leur décision de changer de véhicule», note le président d'auto-suisse qui s'attend donc à un recul des ventes à 305 000 voitures en 2016.

François Launaz estime que la Suisse, qui achète beaucoup de 4x4, ne pourra pas s'aligner sur l'UE et atteindre l'objectif de 95 grammes de CO2 dès 2021 par véhicule neuf. «On négocie un seuil de tolérance avec la conseillère fédérale Doris Leuthard pour atteindre progressivement cet objectif en 2023», affirme-t-il.

Publicité