Le Salon de l’automobile genevois s’exportera désormais au Qatar. Les organisateurs du Geneva International Motor Show (GIMS) et les représentants du tourisme de l’émirat ont annoncé mercredi après-midi avoir signé un partenariat pour y développer la manifestation. La fondation qui chapeaute le salon œuvrera comme consultante et sera rémunérée pour cette activité, apprend-on.

Doha devrait accueillir au plus tôt à l’automne 2022 le premier Qatar Geneva International Motor Show, «un nouveau salon automobile de renommée mondiale pour le Moyen-Orient», ont assuré les organisateurs dans un communiqué. Les dates définitives seront confirmées dans les semaines à venir, est-il indiqué.

Concept dévoilé en février

Les contours de la grand-messe, qui se tiendra ensuite tous les deux ans, «en plus de la traditionnelle manifestation genevoise» a précisé un porte-parole au Temps, restent encore à définir. «Le concept ne sera dévoilé qu’à l’occasion du prochain GIMS, qui se tiendra comme prévu du 19 au 27 février prochains à Palexpo», a-t-il poursuivi.

Lire également Genève veut injecter 17 millions dans le Salon de l’auto

«L’accueil d’événements de renommée internationale présente un pilier important de notre stratégie de développement de l’offre touristique, afin de positionner le Qatar comme une destination de premier plan», s’est félicité Akbar Al Baker, directeur du groupe Qatar Airways et secrétaire général de Qatar Tourism. De son côté, le président du GIMS Maurice Turettini se réjouit de cette alliance, «nous pouvons à présent nous concentrer sur la 91e édition du Salon en février 2022».

Ce partenariat, dont les contours financiers n’ont pas été dévoilés, permet aux organisateurs du salon de se projeter dans l’avenir. La pandémie de Covid-19 avait conduit à l’annulation de la manifestation fin février 2020, à quelques jours de son démarrage, alors que les stands terminaient d’être montés. Début mai 2020, le canton de Genève offrait d’injecter près de 17 millions de francs dans la manifestation, un montant correspondant aux pertes liées aux dédommagements des exposants. Le GIMS avait balayé l’offre, enterrant de ce fait la tenue d’une édition en 2021. Sans ce financement, la pérennité de la manifestation dont la tenue en 2022 avait été annoncée fin mai était menacée.

Lire aussi Le Salon de l’auto victime de la pandémie

L’alliance avec l’émirat est salutaire aussi pour le canton, pour lequel le Salon de l’auto représente à lui seul entre 200 à 250 millions de francs de retombées économiques.