Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Cette année, les organisateurs de Baselworld ont réagi aux critiques en redimensionnant la manifestation. 
© Leon Neal/Getty Images

Editorial

Salons d'horlogerie: Bâle doit se rapprocher de Genève

ÉDITORIAL. Baselworld, la foire horlogère qui a fermé ses portes mardi, fait face à un déluge de critiques. Elle a pris quelques mesures importantes, mais doit trouver une manière de se rapprocher du pôle horloger lémanique

Une pluie. Une grêle. Un déluge. Les critiques à l’encontre de Baselworld ne datent pas d’hier. Mais ces dernières semaines, elles se sont multipliées. Trop chère, trop longue, trop grande, trop éparpillée, trop désorganisée, trop déconnectée, trop arrogante… la première foire horlogère du monde, qui a fermé ses portes hier, encaisse des coups de partout.

Lire aussi: Baselworld s’ouvre sous de bons auspices

En face, le concurrent genevois, planifié idéalement en janvier, récolte les éloges. Plus homogène, plus agile, plus riche aussi, le Salon international de la haute horlogerie a parfaitement négocié le virage attendu par les marques, toujours plus nombreuses, qui s’y rendent. De salon horloger, il est devenu espace de conférences, salle de rédaction, carrefour de collectionneurs… Il a longtemps été le challenger, il passe maintenant pour le premier de la classe.

Alors bien sûr, Baselworld est un paquebot plus difficile à manœuvrer. De l’extérieur, on imagine un simple rassemblement de marques horlogères. De l’intérieur, chaque entreprise vient en fait avec son agenda, ses ambitions, ses impératifs. Les organisateurs doivent composer avec mille sensibilités et susceptibilités antagonistes.

Par ailleurs, l’industrie horlogère traverse elle-même une vaste zone de turbulences. D’une part, le numérique révolutionne ses traditionnels canaux de distribution et de communication. De l’autre, la récente crise a consolidé la position des (quelques) plus forts mais surtout fissuré celle des (très nombreux) plus faibles. L’équation s’avère complexe.

Lire également: De 1998 à 2018, l’explosion du grand business horloger

Mais si Baselworld plie, la foire ne doit pas rompre. Certes, sa raison d’être – vendre des montres – est de moins en moins d’actualité. Mais cela reste une occasion unique de placer cette minuscule industrie horlogère suisse sous les projecteurs du monde entier. Le rendez-vous bâlois est en outre un moyen inespéré de rassembler, physiquement, tous les acteurs de la montre. Vital, à l’heure où l’on réalise que le numérique ne permet pas tout.

Cette année, les organisateurs de Baselworld ont réagi en redimensionnant la manifestation. La foire a duré deux jours de moins, le prix du mètre carré a été revu à la baisse et le nombre d’exposants est passé de 1300 à 650. Les organisateurs disent avoir opté pour une «concentration». Comprendre: le recentrage sur les plus grosses marques suisses.

Lire aussi: Même en version «allégée», Baselworld séduit son public

A priori, la stratégie semble payante. Mais, à moyen terme, elle ne suffira pas. Bâle doit maintenant ravaler sa fierté et tendre la main à Genève. Pour apprendre de ses succès et, surtout, trouver une date qui convienne aux deux manifestations. C’est la seule solution convaincante qui renforcera l’industrie horlogère suisse dans son ensemble. Et fera, enfin, cesser le déluge de critiques.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)