La tension monte sur le front des salons horlogers. Dans une lettre transmise lundi après-midi à la Commission de la concurrence (Comco), que Le Temps a pu consulter, Swiss Creative Lab se dit victime «d’entrave à la libre concurrence».

La société active depuis plus de dix ans dans l’événementiel horloger accuse le groupe de luxe genevois Richemont – qui détient des parts dans la Fondation de la haute horlogerie (FHH), organisatrice du SIHH devenu cette année Watches & Wonders – d’abuser «d’une clause contractuelle». Le groupe de luxe genevois s’en servirait pour empêcher Swiss Creative Lab de lancer son propre salon à Palexpo, selon son directeur Carlo Naldi.