Court-circuit

Samsung accusé de mensonge sur ses téléphones

Le fabricant a prétendu que ses téléphones résistaient à l’eau chlorée et à l’eau de mer. C’est faux

C’est une affaire délicate au cœur de laquelle se trouve Samsung depuis la semaine passée. Le fabricant sud-coréen est carrément accusé de mensonge en Australie concernant la résistance à l’eau de ses derniers smartphones.

La plainte a été déposée par l’Autorité australienne de la concurrence et de la consommation, qui semble disposer d’un dossier solide. L’organisme a recensé 300 publicités dans lesquelles Samsung met en scène ses smartphones dans la mer ou dans une piscine, pour vanter la résistance à l’eau de ses mobiles. Certes, certifiés IP 68, ils supportent de rester au maximum trente minutes dans l’eau, à 1,5 mètre de profondeur maximum. Mais Samsung précise clairement, sur son site, que cette résistance n’est effective que dans de l’eau claire. Et donc ni dans de l’eau chlorée ni dans de l’eau salée.

Les autorités australiennes ajoutent que Samsung a même refusé de réparer des dégâts liés à une utilisation (dans la mer ou dans une piscine) qu’il promeut lui-même dans ses annonces. Si le fabricant, qui clame son innocence, ne risque que quelques millions de dollars d’amende en Australie, sa réputation pourrait, au niveau mondial, en prendre un coup. En 2016 déjà, un magazine américain avait constaté que son téléphone S7 Active ne tenait pas ses promesses… même dans de l’eau claire.


Chroniques précédentes: 

  1. Facebook est responsable face aux deepfakes
  2. TV: la gaffe de Samsung
  3. Derrière l’affaire du micro caché de Monsieur Cuisine Connect
Publicité