Dès le 22 mai, les consommateurs sud-coréens pourront acquérir un téléphone équipé d’une puce suisse. Jeudi, Samsung a présenté son modèle Galaxy A Quantum, qui intègre un module de chiffrement quantique. Cet élément a été développé par la société genevoise ID Quantique, qui espère ainsi s’ouvrir, après le marché informatique, celui des smartphones au niveau mondial.

Pour Grégoire Ribordy, directeur d’ID Quantique, cette annonce est «un développement majeur pour la société. C’est la première fois qu’il y aura une application de masse pour les technologies quantiques. C’était notre vision depuis la création de notre société. Désormais, c’est la réalité.» Fondée en 2001, l’entreprise, qui est une émanation de l’Université de Genève, est contrôlée depuis février 2018 par l’opérateur de téléphonie mobile sud-coréen SK Telecom. Ce dernier avait acquis la majorité – aucun chiffre précis n’avait été communiqué – de son capital pour 65 millions de dollars.