A tout seigneur, tout honneur. Par un vote quasi unanime de ses conseillers municipaux, San Francisco est devenue la première ville des Etats-Unis à imposer des limites à la pratique de la reconnaissance faciale. «La propension de la technologie de reconnaissance faciale à mettre en danger les libertés civiles surpasse substantiellement ses bénéfices supposés, indique le texte adopté mardi 14 mai. La technologie va exacerber les injustices raciales et menacer notre capacité à vivre libres de la surveillance permanente du gouvernement.»

Lire notre éditorial du 3 février 2019: La reconnaissance faciale, à manier avec une extrême prudence