Transport

De San Francisco à Singapour, les taxis autonomes se multiplient

General Motors teste un service à San Francisco. Des essais concurrents ont lieu à Phoenix, Singapour ou encore Pittsburgh

La voiture autonome n’est pas encore une réalité que les services de taxis autonomes se multiplient. Mardi soir, General Motors a annoncé qu’il testait un service de transport, disponible 24 heures sur 24, destiné à certains de ses employés basés à San Francisco. Pour le constructeur américain, l’objectif est double: montrer qu’un acteur traditionnel de ce secteur peut innover face à Waymo, appartenant à Alphabet (Google) et Uber. Mais aussi mettre en avant sa Chevrolet Bolt EV électrique, concurrente directe du Model 3 de Tesla.

Si General Motors peut se permettre de tels tests, c’est avant tout grâce au rachat, en 2016, de la société américaine Cruise Automation pour un prix estimé à 1 milliard de dollars. Spécialisée dans la conduite autonome, cette start-up avait déjà transformé plusieurs modèles d’Audi en voiture ne nécessitant pas de conducteur. Le nouveau service, baptisé Cruise Anywhere, est pour l’heure destiné à une vingtaine parmi les 200 employés que compte General Motors dans la ville californienne – les autres doivent s’inscrire sur une liste d’attente. Ils peuvent, via une application pour smartphone, commander leur taxi autonome.

Un humain au cas où

Il y a certes, pour des raisons de sécurité, un humain au volant. Mais celui-ci n’a dû prendre les commandes qu’un nombre limité de fois, assure General Motors. Le groupe ne dit pas combien de voitures sillonnent San Francisco sans conducteur, mais affirme qu’il y en aura une centaine d’ici à la fin de l’année. Les employés peuvent utiliser ces taxis gratuitement, aussi pour leurs loisirs. Un membre du personnel a ainsi pris ce taxi soixante fois durant ces trois dernières semaines.

General Motors ne sait pas encore comment il utilisera les données ainsi récoltées, ni si, ni quand, le service sera ouvert au grand public. «Dans le futur, nous pourrions nous associer à un réseau ou à un, plusieurs ou aucun partenaire… Nous verrons quelle sera la meilleure façon de rendre disponible cette technologie et d’offrir à tous les avantages des voitures autonomes», a affirmé Kyle Vogt, directeur de Cruise Automation, au site spécialisé Techcrunch.

Le groupe automobile entre sur un marché du taxi autonome sur lequel sont avant tout présents des nouveaux acteurs du transport. Ainsi, comme le signalait mardi le site The Verge, Uber teste un service comparable à Pittsburgh en Pennsylvanie et en Arizona. C’est aussi dans cet Etat que Waymo conduit des tests. Enfin, la société américaine NuTonomy a lancé ses services à Singapour et devrait bientôt être présente à Boston, en collaboration avec Lyft (le principal concurrent d’Uber aux Etats-Unis).

Lire aussi: Le Model 3 séduit mais le plus dur commence pour Tesla

Se positionner face à Tesla

General Motors, avec ses tests à San Francisco, veut aussi mettre en avant sa Chevrolet Bolt EV. Vendue aux alentours de 35 000 dollars aux Etats-Unis (environ 34 000 francs), cette voiture possède des caractéristiques similaires au Model 3 de Tesla, qui a été lancé fin juillet. La Chevrolet Bolt EV, commercialisée depuis mi-décembre 2016, a depuis été vendue à hauteur de 7600 exemplaires environ aux Etats-Unis.

Publicité