Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le multimilliardaire Oleg Deripaska, qui contrôle Rusal, est visé par des sanctions américaines.
© OLGA MALTSEVA/AFP PHOTO

Russie

Sanctionné par Washington, le géant russe de l’aluminium Rusal s’effondre en Bourse

L’entreprise, qui représente environ 7% de la production mondiale d’aluminium, a perdu près de 50% de sa valeur sur les marchés lundi, après l’annonce de sanctions américaines

Les marchés boursiers russes étaient en fort repli ce lundi matin après l’annonce vendredi de nouvelles sanctions américaines contre plusieurs hommes d’affaires, des hauts responsables et des entreprises russes. A la Bourse de Moscou, l’indice RTS (libellé en dollars) chutait de 4,67% vers 9 heures (heure suisse) et le Micex (en roubles) de 4,16%.

Le rouble a également souffert, le dollar montant à 58,68 roubles (+50 kopecks) et l’euro à 72,00 roubles (+62 kopecks).

Lire à ce propos: Des oligarques russes sanctionnés par Washington

Il s’agit du plus bas niveau du rouble par rapport à l’euro depuis début août 2017, selon l’agence Interfax. Les nouvelles sanctions américaines visent 38 personnes et entreprises qui s’ajoutent aux 24 déjà ciblées mi-mars en réponse à une ingérence électorale et à plusieurs cyberattaques dont est accusée la Russie.

Parmi les personnes ciblées figurent des «oligarques» proches du Kremlin et leurs entreprises, de hauts responsables russes et la société chargée des exportations d’armements de Moscou, Rosoboronexport.

Pendant ce temps sur la Bourse de Hong Kong, la société russe Rusal, l’un des premiers producteurs d’aluminium dans le monde, perdait près de la moitié de sa valeur, ce qui pourrait selon lui aboutir à un «défaut» sur une partie de sa dette.

Le multimilliardaire Oleg Deripaska et plusieurs entreprises qu’il contrôle, dont Rusal, figurent sur la liste des sanctions.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)