Le commerce extérieur de Pékin, après avoir bien résisté fin 2018, accuse désormais le coup des sanctions: en avril, ses exportations ont reculé de 2,7% sur un an, alors qu’elles étaient encore robustes en mars (+14,2%), selon les douanes.

Les analystes interrogés par l’agence d’information financière Bloomberg avaient bien anticipé un essoufflement pour avril mais pas un repli d’une telle ampleur (leurs prévisions tablaient sur +3%).

Lire aussi: Entre Washington et Pékin, à qui la faute?

A destination des seuls Etats-Unis, les exportations chinoises ont reculé de 13,2% par rapport à un an plus tôt. Le président américain Donald Trump, qui ne cesse de dénoncer l’excédent de la Chine vis-à-vis de son pays, a imposé l’an dernier des droits de douane punitifs sur de nombreux produits chinois.

Un accord en discussion cette semaine

Ces statistiques tombent alors que Donald Trump a menacé dimanche d’imposer une nouvelle hausse des droits de douane à 200 milliards de dollars de produits chinois à compter de vendredi.

Pour tenter de l’en dissuader, le négociateur chinois Liu He, considéré comme très proche du président Xi Jinping, doit rouvrir jeudi et vendredi à Washington des discussions considérées comme cruciales pour déterminer si un accord est ou non possible entre les deux puissances.

Lire également: La relance de la guerre commerciale en huit questions

«Si Trump met ses menaces à exécution, cela changera la donne pour l’économie mondiale», estime l’économiste Steven Cochrane, de l’agence Moody’s.

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde a ainsi estimé mardi que «les tensions entre les Etats-Unis et la Chine sont la menace sur l’économie» planétaire.

Anxieuses quant à l’issue des négociations, les bourses chinoises, qui ont plongé lundi au lendemain des menaces du président américain, étaient en territoire négatif mercredi à la mi-journée, Shanghai et Hongkong cédant respectivement 0,11% et 0,70%.

L’excédent commercial Chine-Etats-Unis reste stable

Embourbée dans ce bras de fer commercial, la Chine a vu son excédent commercial fondre de plus de moitié entre mars (32,64 milliards) et avril (13,8 milliards de dollars).

«Nous nous attendons à un léger rebond des exportations au mois de mai mais elles resteront faibles au cours des prochains mois, autour de zéro», prévient l’économiste de la banque Nomura, Lu Ting.

Lire aussi: Ce que les Etats-Unis exigent de la Chine

Pour autant, l’excédent avec les Etats-Unis – au cœur du différend entre les deux premières économies mondiales – est resté stable en avril à 21 milliards de dollars, contre 20,5 milliards le mois précédent.

En effet, si les importations en Chine sont globalement reparties à la hausse en avril (+4%), après un net repli le mois précédent (-7,6%), indiquant une bonne résistance de la demande intérieure, ce ne sont pas les Etats-Unis qui en profitent: les importations depuis ce pays ont plongé de 25,7%, ce dont s’alarment agriculteurs et industriels américains.

Soutien chinois aux entreprises

Pour soutenir l’économie, Pékin s’est engagé en mars à baisser cette année de près de 2000 milliards de yuans (302 milliards de francs) la pression fiscale et sociale sur les entreprises.

Les banques ont également été encouragées à gonfler leurs prêts aux petites entreprises, jusque-là délaissées au profit des grands groupes publics.

La banque centrale chinoise (PBOC) va par ailleurs abaisser à compter de mercredi prochain le taux de réserves obligatoires des petites banques, c’est-à-dire la part des dépôts qu’elles sont tenues de garder dans leurs coffres.

Par cette opération, la PBOC espère injecter 280 milliards de yuans (42 milliards de francs) dans l’économie.