Maintenant que Pfizer et Moderna ont fait état d’une efficacité de 90% ou plus pour leur candidat vaccin face au Covid-19, les projecteurs se braquent sur leur acheminement. Gros défi que de distribuer ces produits pharmaceutiques congelés, de façon rapide et si possible équitable. Des usines valaisannes de Viège aux pays partenaires de Moderna dans le monde, en passant par l’Espagne, où les principes actifs développés par le groupe rhénan Lonza doivent être encapsulés. Ou des laboratoires de l’Américain Pfizer qui exporteront des sérums à -80°C.

Nul besoin d’évoquer les tropiques où les infrastructures manquent. Des régions rurales des Etats-Unis n’arriveront pas non plus à gérer le vaccin fragile de Pfizer. Ces obstacles, la presse internationale les couvre déjà largement.