Le laboratoire français Sanofi-Aventis et l’américain Merck vont créer une coentreprise dans la santé animale, détenue à parité entre les deux groupes et appelée à devenir le numéro 1 mondial du secteur, ont-ils annoncé mardi dans un communiqué commun.

La nouvelle coentreprise, dont le chiffre d’affaires combiné atteint environ 5,3 milliards de dollars, soit 29% du marché, devrait devenir le leader mondial du secteur, devant l’américain Fort Dodge, qui appartenait à Wyeth avant son rachat par son compatriote Pfizer (environ 20% du marché).

Evoquant un «marché attractif qui devrait croître de 5% en moyenne au cours des cinq prochaines années», le PDG de Merck Richard Clark s’est réjoui au cours d’une conférence téléphonique de la création d’un «nouveau compétiteur global» dans ce secteur, qui a représenté un chiffre d’affaires de 19 milliards de dollars en 2008.

Soumise à la conclusion des contrats définitifs et à l’examen des autorités de la concurrence, notamment aux Etats-Unis et en Europe, la finalisation de la transaction devrait intervenir au cours des 12 prochains mois, affirment Sanofi et Merck.

Complémentarité

Sanofi a décidé d’exercer l’option lui permettant de réunir sa division santé animale avec celle de l’américain Merck. En effet, depuis le 29 juillet et le rachat pour 4 milliards de dollars de la participation de Merck dans leur coentreprise Merial, le groupe pharmaceutique français disposait d’une option lui permettant de réunir Merial avec Intervet-Schering Plough, la division santé animale née de la fusion entre Merck et Schering Plough.

L’opération, qui valorise Merial à 8 milliards de dollars et Intervet-Schering Ploug à 8,5 milliards, coûtera un milliard de dollars au français: 250 millions pour établir une coentreprise à parité avec Merck, et 750 millions en vertu de l’accord de juillet 2009, précisent les deux sociétés.

«Les deux groupes ont dans ce secteur une bonne complémentarité, et ont tous deux un important portefeuille de recherche et développement», a fait valoir de son côté le directeur général de Sanofi-Aventis Chris Viehbacher.

«Cet accord s’inscrit dans notre stratégie consistant à rechercher des activités ayant un potentiel de croissance soutenu», a ajouté M. Viehbacher, dont le groupe est engagé depuis plusieurs mois dans une stratégie de diversification.

Evoquant des «synergies» entre les deux divisions qui vont être unies, MM. Viehbacher et Clark n’ont en revanche pas donné de précision sur d’éventuelles conséquences de cet accord sur l’emploi dans les deux sociétés.

Avec des ventes de 2,74 milliards de dollars en 2009, Intervet-Schering Plough est n°2 du secteur, Merial étant le n°3, avec un chiffre d’affaires de 2,55 milliards de dollars en 2009.

Intervet-Schering, basé à Boxmeer aux Pays-Bas, emploie environ 8.000 personnes dans le monde et Merial environ 5.700.