Ce ne sera pas la disette. Mais l’habituelle abondance consumériste des fêtes de fin d’année pourrait bien être quelque peu entravée cette année. En cause, bien sûr, les goulets d’étranglement dont sont victimes les chaînes d’approvisionnement mondialisées. A Noël, des cadeaux seront absents, ou en retard. Et s’ils ne le sont pas, ils seront un peu plus chers à l’achat. C’est notamment le cas des jouets et des consoles de jeux. Mais l’inflation que subissent les grandes économies, à commencer par les Etats-Unis, ne touche pas la Suisse dans les mêmes proportions. Certaines dépenses de fin d’année seront mêmes moins élevées que l’an dernier. Revue d’effectifs.