Il faudrait savoir être et avoir été. Etre capable de quitter un projet ou une entreprise que l’on a imaginé et développé, tout en créant les conditions du succès pour son futur. Faciliter sa succession et accepter que d’autres reprennent le flambeau, en incarnant une nouvelle sensibilité, en défendant de nouvelles valeurs, en proposant de nouvelles idées, en apportant de nouvelles perspectives. «Servir et disparaître», comme disent certains politiciens émérites qui retournent dans le rang à la fin de leur mandat électif et qui s’abstiennent d’intervenir ensuite dans les débats.