»Ne vous laissez pas abattre par les dix prédictions de Saxo Bank», recommande Steen Jakobsen, chef économiste de l’institut danois qui,année après année, répète l’exercice. Ces prédictions ont un biais négatif qui contraste avec la nature optimiste de l’être humain, ajoute-t-il. Mais l’idée de l’institut consiste avant tout à présenter dix scénarios peu probables mais aux effets considérables, en référence à la théorie du «cygne noir» de Nicholas Taleb.

Ces scénarios ne sont pas si improbables qu’il n’y paraît. Chaque année, certains se réalisent. En 2011, deux des dix prédictions se sont d’ailleurs réalisées, la hausse de l’or à 1800 dollars et la chute des rendements de l’Etat américain. Sans oublier que la banque avait prévu en janvier dernier que l’euro tomberai à 1 franc. De quoi rendre jaloux certains banquiers centraux. Par contre, Apple n’a pas racheté Facebook et les actions américaines n’ont pas battu leur niveau record de 2007.

La surprise de la liste 2012 vient de la forte représentation de la Suisse puisque deux des dix concernent notre pays. Voici la liste complète.

1. L’action Apple chutera de 50% depuis son sommet, en raison des progrès de ses concurrents, qu’il s’agisse de Google, Amazon ou Microsoft/Nokia. Apple sera incapable de maintenir une part de marché de 55% (trois fois Android) et 66% sur l’IOS (système d’exploitation) et l’iPad.

2. L’Union Européenne se verra obligée de fermer les banques pour un jour férié (ou peut-être même une semaine) après une chute rapide de 25% des actions. Les autorités européennes se réuniront en une sorte de conclave pour imaginer les contours d’une «Nouvelle Europe». Ils prendront des mesures de contrôle temporaire qui violent à nouveau les principes du marché libre. L’indice du dollar bondira à 100.

3. Un candidat américain hors-parti, encore non-déclaré aujourd’hui, gagne les présidentielles américaines avec un programme de réforme.

4. L’Australie entrera en récession, en raison du ralentissement sensible de l’économie chinoise et d’une moindre demande de matières premières.

5. 50 nationalisations de banques se produiront en Europe, en réponse à Bâle III et aux exigences réglementaires. Le non-fonctionnement du système interbancaire provoquera une chute des cours qui pousse les autoriotés à reprendre les instituts en danger.

6. La Suisse perdra son statut de place refuge au profit de la Suède et de la Norvège. Ce statut constitue souvent un atout, mais il comprend aussi un risque pour les pays nordiques, selon Saxo. Les marchés des capitaux suédois et norvégiens sont bien plus modestes que ceux de la Suisse. Mais la volonté de la BNS de dévaluer le franc poussera les capitaux à l’exil. Les taux à long terme suédois et norvégiens tomberont 100 points de base en dessous des taux allemands.

7. La victoire de la BNS poussera l’euro à 1,50 franc.. La faiblesse de la conjoncture en Suisse amènera la BNS à poursuivre sa politique de dévaluation et conduira même la Suisse à introduire des taux négatifs, démontrant à nouveau qu’une banque centrale peut arriver à ses fins.

8. La Chine dévaluera sa monnaie de 10% contre le dollar pour aider son industrie d’exportation alors que la croissance de son économie tombera à 5-6%.

9. L’indice Baltic Dry, indice du prix du transport des matières premières, devrait s’accroître de 100%. Car la baisse des prix du pétrole devrait alléger les coûts opérationnels et augmenter la demande.

10. Le prix du blé devrait doubler en 2012 après avoir subi la plus forte baisse parmi les céréales en 2011. Il suffit que la météo soit désavantageuse pour que la demande peine à être satisfaite.