Aux Etats-Unis, le débat politique autour du sauvetage du système financier n’en finit pas de se cristallier autour des bonus payés aux cadres d’AIG. Le géant de l’assurance, qui a bénéficié d’un plan de sauvetage à plus de 170 milliards de dollars et se trouve désormais nationalisé à 80%, a notamment versé 165 millions de bonus l’année passée. En ont bénéficié, entre autres, les cadres de son unité de produits financiers, celle qui, en prenant des risques inimaginables, a pour part provoqué la faillite du groupe.

Alors que les deux camps politiques ont largement manifesté leur écœurement après avoir appris l’existence de ces rémunérations, le parti républicain saisit désormais l’occasion du scandale pour fustiger l’administration Obama dans sa manière de dépenser l’argent du contribuable pour venir en aide aux banques.

Sous le feu des critiques, le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, a assuré mardi aux chefs de file du Congrès qu’il avait la ferme intention de récupérer les bonus versés et d’accélérer le démantèlement d’AIG.

La colère généralisée que provoquent les bonus d’AIG met en péril le plan de sauvetage du système financier porté par Timothy Geithner au nom de l’administration démocrate. Il pourrait s’avérer encore plus difficile désormais d’obtenir du Congrès les fonds supplémentaires à déployer son plan, et notamment la mise en place d’un fond de rachat des actifs toxiques.

Ces prochains jours, Timothy Geithner doit justement détailler sa stratégie pour libérer le bilan des banques de tous les actifs toxiques qui s’y accumulent. Le mois passé, alors que les marchés attendaient de lui une annonce rassurante et détaillée de son plan de sauvetage financier, il avait largement déçu en se cantonnant à de vagues déclarations d’intentions.

La tempête politique que provoque le sauvetage d’AIG ne fait que fragiliser encore la position de Timothy Geithner, dont la crédibilité est remise en cause même au sein du parti démocrate. Citant un membre anonyme du parti démocrate au Congrès, le Financial Times rapporte que le jeune secrétaire au Trésor serait en train de devenir un fardeau pour l’administration Obama. «Je ne pense pas que Geithner tiendra au-delà du mois de juin», estime encore un analyste cité par le quotidien britannique.