«Un scandale grave», selon l’ancien procureur tessinois et enquêteur du Conseil de l’Europe Dick Marty. Le scandale Crypto AG pourrait longuement ternir l’image de sécurité et de confiance que souhaite véhiculer la Suisse. D’autant plus que la firme zougoise qui a fourni des technologies truquées à la CIA et au renseignement allemand entre 1970 et 1993 possède une société sœur, InfoGuard, dont les produits sont utilisés par les plus grandes banques suisses. De quoi saper l’attractivité de la Suisse auprès des entreprises technologiques?

Lire aussi: Opération «Rubicon», révélations sur les complicités suisses avec l’espionnage international