Scott Thompson dirigeait toujours Yahoo! ce mardi. Mais les excuses présentées dans la nuit de lundi à mardi à ses employés pourraient ne pas suffire pour qu’il se maintienne à la tête du portail ­internet. Le directeur de Yahoo!, basé à Sunnyvale (Californie), a admis avoir enjolivé son CV en prétendant détenir un diplôme en informatique qu’il n’avait jamais reçu. Son diplôme du Stonehill College (Boston, Massachusetts) avait été obtenu uniquement en comptabilité.

«Je regrette les répercussions de cette affaire sur l’entreprise et sur l’ensemble d’entre vous», a écrit Scott Thompson, espérant que «cette question sera vite réglée». Or ce n’est pas certain, le conseil d’administration de Yahoo! ayant décidé de conduire une enquête indépendante. Et en toile de fond, la pression exercée par le fonds Third Point, qui détient 5,8% du capital de Yahoo!, ne faiblit pas. Depuis la semaine passée, cet actionnaire exige tant la tête de Scott Thompson que celle de Patti Hart, l’administratrice qui avait supervisé l’embauche du nouveau directeur, parlant d’«insultes à la face des actionnaires».

Third Point, dans une lettre ouverte publiée la semaine passée, avait écrit que «s’il y a eu des déclarations inexactes, cela confirmerait une nouvelle fois que Yahoo! a désespérément besoin d’une remise à niveau totale de sa gouvernance d’entreprise». Le conseil d’administration de Yahoo! refuse toujours que Daniel Loeb, directeur de Third Point, n’en devienne membre.

Parts de marché en baisse

Scott Thompson est d’autant plus soutenu par le conseil qu’il lui avait fallu quatre mois avant de le trouver et de le nommer en janvier dernier, en remplacement de Carol Bartz. L’ancien directeur de PayPal avait présenté des chiffres jugés décevants pour le premier trimestre: le chiffre d’affaires avait augmenté de 1%, à 1,22 milliard de dollars, alors que, selon le cabinet eMarketer, les dépenses de publicité en ligne avaient progressé de 23% sur un an aux Etats-Unis au premier trimestre.