Cet article se compose du récit de l'état actuel des procédures engagées contre Volkswagen en Europe, suivi d'un état des lieux de la question des poursuites en Suisse. 

Trois constructeurs automobiles majeurs épinglés en deux jours. Six ans après avoir éclaté, le scandale du Dieselgate continue de provoquer des remous. Cette semaine, Renault, Volkswagen, Peugeot et Citroën ont été mis en examen par la justice française pour «tromperie» dans le cadre de l’enquête menée sur des soupçons de fraude aux contrôles antipollution.

Ces sociétés sont accusées d’avoir faussé les contrôles antipollution menés sur des moteurs diesel d’ancienne génération à l’aide de logiciels. Ils permettaient de modifier momentanément les émissions polluantes des véhicules en cas de test. Elles seront respectivement auditionnées le 10 juin et début juillet. Fiat-Chrysler, une autre filiale du groupe Stellantis, issu de la fusion des groupes PSA et FCA en janvier dernier, pourrait également être ciblée.