Un œil sur la place financière

Le scénario d’un ralentissement en douceur gagne en crédibilité

Le pilotage d’un ralentissement économique est un exercice délicat, surtout avec les échéances majeures qui se profilent comme le Brexit ou les élections européennes. Nombre de gouvernements sont sous pression, ce qui peut signifier des décisions plus tranchées et moins prévisibles

Si l’on se fie à la croyance populaire chinoise, l’année qui vient de débuter – sous le signe du cochon – s’annonce encourageante pour le secteur financier, cet animal étant un symbole de prospérité. Toutefois, le cochon, glouton par nature, doit aussi être tenu à l’œil, une avidité excessive pouvant avoir des effets pernicieux. Il convient donc d’être confiant, mais sans excès.

C’est à peu près dans cet état d’esprit que semble aujourd’hui se trouver la Réserve fédérale américaine (Fed). Depuis que la patience s’est imposée comme le maître-mot de son président, Jerome Powell, elle a nettement changé de ton. Si deux ou trois nouvelles hausses de taux étaient encore dans les tuyaux il y a quelques semaines, la Fed laisse désormais entendre qu’elle souhaite marquer une pause dans son resserrement monétaire.