Epithelix, fondée en mars 2006, fournit des tissus humains reconstitués in vitro aux laboratoires de recherche ainsi qu'aux industries chimiques et pharmaceutiques. Elle figure parmi les finalistes du Prix Venture, organisé conjointement par l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich et McKinsey. Le vainqueur du concours sera désigné aujourd'hui à Zurich.

Tester des médicaments

Basée chez Eclosion, l'incubateur genevois dédié aux biotechnologies, la start-up propose des cultures qui ont l'avantage de réduire les expérimentations animales. «Les caractéristiques des cellules peuvent être maintenues in vitro durant une année, ce qui permet de tester l'effet ou la toxicité de molécules sur le long terme, souligne Ludovic Wiszniewski, CEO de la société. Nous avons mis au point une technologie pour faire proliférer ces cellules de manière intensive à partir d'excroissances nasales.» Un tel outil permet de rechercher de nouveaux médicaments et d'effectuer des tests sur différentes maladies, telles que le cancer, l'asthme, la mucoviscidose, des infections bactériennes ou virales.

Ludovic Wiszniewski a développé son savoir-faire à l'Université de Genève. Il a fondé Epithelix avec Song Huang, un expert en biologie cellulaire et moléculaire, Samuel Constant, un chimiste, et Jean-Paul Derouette, un biologiste cellulaire. «Pour l'instant, nous produisons essentiellement des cellules respiratoires, mais la technologie peut être transposée à d'autres types d'épithélium.»

La start-up commercialise déjà ses tissus à des laboratoires de recherche travaillant notamment sur la mucoviscidose. «Des négociations sont en cours avec l'industrie pharmaceutique et chimique», explique Ludovic Wiszniewski.

Huit ans de recherche

«Fruit de huit ans de recherche, notre technologie est unique. Nous avons une longueur d'avance sur la concurrence», affirme le CEO de la société qui prévoit des ventes de 1,5 million de francs en 2007 et de 7 à 8 millions en 2011. Une vingtaine de personnes pourraient alors rejoindre la société qui espère être rentable dès la fin de l'année.