Le groupe Scor annonce que les actions de Scor Holding (Switzerland) SA, autrefois appelé Converium, seront annulées et que l'indemnisation des actions annulées s'effectuera le 6 juin 2008. Scor finalise ainsi l'acquisition de Converium moins d'un an après l'ouverture de son OPA, le 12 juin 2007. Le processus d'intégration a débuté dès le 30 août dernier, au lendemain de la nomination du nouveau conseil d'administration. En six mois, le groupe a été entièrement réorganisé.

Pas de destruction de valeur

Plutôt que d'intégrer Converium, Scor a redessiné tout le groupe, selon Denis Kessler, président et CEO du groupe, lors d'une interview au Temps. Il a opté pour une organisation en six hubs, avec des responsabilités locales, régionales ou mondiales selon les métiers. C'est une innovation. L'organisation du Hub de Cologne a été publiée début mai, celle de Londres mi-mai et bientôt viendront celles de Zurich, Paris, New York et Singapour. L'ensemble devrait être mis en place fin juin. Selon le réassureur français, le Hub de Zurich comportera des responsabilités mondiales, notamment la modélisation des catastrophes naturelles, la gestion actifs/passifs (ALM) et les spécialités d'assurance (agriculture, marine, énergie, engineering, aviation, crédit et sécurité). Le rachat de Converium est-il un succès financier? «Ce n'était pas qu'un projet financier, mais aussi industriel en vertu de la complémentarité des clients, des équipes, des expertises et des métiers», déclare le CEO.

Les critiques reprochaient l'absence de complémentarité et prévoyaient une destruction de valeur, sous forme d'une perte de 800 millions d'euros de primes. Des craintes infondées. Les renouvellements au 1er janvier n'ont engendré quasi aucune perte de substance: sur un portefeuille combiné de 6 milliards d'euros, les pertes issues de la combinaison représentent seulement 60 millions d'euros. «C'est le chiffre le plus faible de toutes les fusions partout dans le monde.»