Formation

Comment se faire recruter avec un doctorat

De plus en plus de titulaires d’une thèse renoncent à effectuer une carrière universitaire pour se tourner vers le secteur privé. Mais ils peinent parfois à valoriser toutes leurs compétences auprès des recruteurs. C’est pourquoi les universités se mobilisent

On imagine les doctorants comme des rats de bibliothèque qui, une fois la thèse en poche, passeront directement du statut d’étudiant à celui d’enseignant-chercheur, ne quittant l’université qu’à la retraite, après une vie entièrement consacrée au savoir. C’est faux: en Suisse, 68% d’entre eux travaillent finalement dans le secteur privé, et non pas celui académique, selon une étude de l’Office fédéral de la statistique (OFS) parue en 2013. Pour une raison simple: le nombre de personnes qui font une thèse augmente, tandis que le nombre de postes à pourvoir dans les universités, lui, reste stable.

Lire aussi: La pause déjeuner est en voie de disparition

Parfois, le passage de la thèse à l’entreprise a lieu pour le meilleur. Il y a par exemple Elisabeth Martineau-Jeannin, doctorante à l’Université de Lausanne en biologie moléculaire, qui exerce désormais ses talents dans la société genevoise Katzarov, spécialisée dans les services en propriété intellectuelle. Elle s’occupe précisément des demandes de brevets, une fonction qui l’épanouit, notamment car elle donne accès à des domaines divers et nécessite la pratique de plusieurs langues. Il y a aussi ce philosophe diplômé à Genève, Giuseppe Di Salvatore, qui devient finalement patron de Filmexplorer, un site de réflexion autour du cinéma.

D'abord les scientifiques

Les diplômés les plus courus sont sans aucun doute les profils scientifiques très pointus. «Si je cherche un analyste quantitatif, je devrai trouver quelqu’un qui aura des connaissances poussées en informatique et en modélisation, explique Franziska Egli Beller fondatrice de l’agence de recrutement Impact Partners, spécialisée dans la finance. Donc un doctorant sera le mieux armé pour le poste, même s’il n’a aucune expérience concrète dans le domaine. Pour le reste, il est rare que l’on nous demande de trouver quelqu’un qui a fait une thèse… tout simplement parce que ce n’est pas utile pour des postes de direction, notamment.»

En juillet 2012, près de 2% des personnes au chômage en Suisse, soit près de 2400 personnes, étaient titulaires d’un doctorat, selon des données du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Des candidatures de doctorants, les professionnels de Academic Work en reçoivent d’ailleurs énormément. Cette agence basée à Lausanne et à Genève est spécialisée dans le placement des juniors et étudiants. L’année dernière, la structure de 45 collaborateurs a trouvé un emploi à 840 personnes en Suisse romande.

J’ai vu plusieurs cas de personnes embauchées pour faire de la levée de fonds ou dans une fonction commerciale. Dans les biotechs, c’est précieux: si vous maîtrisez une technologie, alors vous pouvez la vendre!

«Parmi eux, les doctorants ne forment qu’une minorité, précise sa porte-parole, Florence Thellier. Dans l’imaginaire des entreprises, ces diplômés peuvent coûter trop cher, ou manquer d’expérience pratique, ou être beaucoup trop spécialisés.» Pour faire la différence, cette experte conseille aux doctorants de réfléchir aux compétences transférables qu’ils possèdent et peuvent faire valoir. «On va rarement les embaucher pour de la recherche pure, par contre, on peut avoir besoin d’eux car ils maîtrisent un sujet et sont crédibles. Par exemple, j’ai vu plusieurs cas de personnes embauchées pour faire de la levée de fonds ou dans une fonction commerciale. Dans les biotechs, c’est précieux: si vous maîtrisez une technologie, alors vous pouvez la vendre!»

Florence Thellier rencontre souvent des doctorants qui cherchent une passerelle pour partir dans le privé, mais qui peinent à voir reconnaître leurs compétences par les recruteurs. C’est pourquoi les universités, conscientes du problème, mettent les bouchées doubles. A Genève, l’Unige a mis en place une série de mesures pour «accompagner l’employabilité des docteurs au niveau extra-universitaire»: ateliers et formations pour développer ses compétences transversales, mesures d’accompagnement comme le mentorat. En décembre dernier, l’université organisait la quatrième édition de la «journée de la relève», consacrée à l’avenir des doctorants et des post-doctorants.

Changer les mentalités

Laure Ognois-Zaugg, directrice du Service recherche de l’institution, estime qu’il y a «un travail de fond à faire pour changer les mentalités et faire comprendre au marché de l’emploi que les stéréotypes sur les doctorants n’ont pas lieu d’être. Le doctorat apporte des capacités d’analyse et de résolution de problèmes. Les chercheurs sont confrontés à des imprévus, voyagent beaucoup, sont confrontés à d’autres cultures… C’est une école de vie qui convient bien, je pense, à l’économie globale actuelle, où tout change en permanence». Plusieurs projets sont à venir, notamment un programme piloté par le service de l’égalité, en collaboration avec le service de Laure Ognois-Zaugg, qui consiste à aider les femmes chercheuses à trouver une place dans le secteur privé.

L’Université de Lausanne fait, elle aussi, beaucoup d’efforts pour accompagner ses doctorants et post-doctorants dans la recherche d’un emploi: tables rondes pour rencontrer des professionnels, ateliers du service de l’orientation pour déterminer une stratégie d’insertion dans la vie active, et enfin formations du «Graduate camps» pour partir à la «chasse au job». Avec l’espoir de réussir comme Thomas Marty, détenteur d’une thèse en Sciences de la vie, qui travaille aujourd’hui comme consultant chez Berinfor, une société spécialisée dans le management pour les hautes écoles, dont il est, depuis, devenu membre de la direction.

Publicité