Avec tous les moyens technologiques actuels, il semble normal et obligatoire pour un manager de pouvoir répondre présent 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. «Push mail», ce système qui permet d'avoir accès à ses messages électroniques de manière continue où que l'on soit, SMS, MMS, mails vocaux, Skype et autres beaper, la technologie prolifère de gadgets, répondant à ce besoin de plus en plus constant d'être toujours à disposition de son entreprise et de ses clients. Mais est-ce vraiment indispensable et obligatoire?

Tout bon manager doit prendre du recul, s'isoler pour penser aux stratégies futures, trouver de nouvelles idées créatrices et avoir l'esprit clair pour diriger son ou ses équipes vers le succès. Or, trop souvent, le quotidien le rattrape et absorbe tout son temps. Le manager qui se veut efficace a toujours d'excellentes raisons pour se sentir indispensable: «Mon implication est primordiale. Ils ne peuvent pas décider sans moi. Si un client important appelle je dois lui répondre dans la minute qui suit, etc.» Ainsi, le dirigeant se crée un carcan de contraintes qui le rend esclave de son travail et de moins en moins disponible pour ses amis, sa famille ou sa ou son partenaire.

Alors, prenons un peu de recul et essayons de proposer quelques principes qui peuvent paraître simplistes. En revanche, faciles à appliquer, ils permettront rapidement de trouver un premier équilibre et donc de vraiment profiter de son temps libre. Ces conseils sont basiques, mais leur mise en pratique ne sera pas toujours évidente.

D'abord, prenez du temps pour vous. Pourquoi rentrer tard tous les soirs? Il paraît plus judicieux de définir deux types de jours. Ceux où l'on rentre plus tôt (que ce soit pour prendre du bon temps avec ses enfants, ses amis ou pour pratiquer des activités de détente) et ceux où l'on reste au bureau jusqu'à 22 heures. Le nombre d'heures de travail est identique, mais la qualité du travail sera optimisée, à condition (bien sûr!) de mettre sur «mode silencieux» les outils électroniques les soirs «off».

Noter dans son agenda les rendez-vous privés avec le même degré d'importance que ceux agendés avec le plus important des clients de la société s'avère également une stratégie efficace.

Ensuite, il s'agit d'aménager le temps du week-end et de déconnecter durant les vacances. Croyez-en les témoignages qui circulent au niveau des responsables RH qui évoquent les cas de burn-out, dépressions et autres troubles: à de rares exceptions près, le cadre a besoin de faire le vide dans sa tête de manière régulière et c'est le week-end qu'il peut se ressourcer. Là aussi, il s'agit de se fixer des règles de base simples comme: «Mon téléphone mobile professionnel est sur le mode silence, et je n'écoute mes messages et ne regarde mes mails qu'une fois par jour. Je ne réponds qu'aux sollicitations très importantes. Le dimanche soir enfin, je me garde une heure pour préparer ma semaine, afin de pouvoir rentrer plus tôt les jours suivants.» Les mêmes principes peuvent être appliqués pour les vacances, sans oublier de prévoir un contact une ou deux fois par semaine au maximum. Autrement, impossible de décrocher, car le lien avec le bureau est trop présent.

La clé de la réussite est de se fixer des limites et de les tenir. Etre disponible au-delà de la moyenne fait partie du cahier des charges de la plupart des managers. Cette contrainte augmente lorsqu'on grimpe dans la hiérarchie. De ce fait, il est fondamental de se ménager dès aujourd'hui des plages de réflexion ou de détente durant lesquelles on sera injoignable. Il suffit simplement d'appliquer les règles citées ou d'autres similaires, de les communiquer autour de soi et de les faire respecter. Ainsi, la vie sera bien plus équilibrée et, étonnamment, vous serez plus performant et disponible.

christophe.andreae@jrmc.ch