En baisse depuis 1998, au fond du trou en 2001 avec une perte nette de 40,3 millions de francs, Calida a commencé à remonter la pente en 2002. Le fabricant lucernois de lingerie, qui s'est restructuré et concentré sur des produits rentables, a limité sa perte nette à 6,4 millions de francs. Il compte retrouver les chiffres noirs en 2003, malgré la crise affectant les ventes de textiles dans ses marchés clés.

Ecoulant les quatre cinquièmes de sa production en Suisse et en Allemagne, Calida a souffert du recul très marqué des ventes de textiles dans ces deux pays. D'autre part, l'entreprise a liquidé des stocks de produits obsolètes. Selon le PDG du groupe, Felix Sulzberger, qui a présenté les résultats hier à Zurich, ces deux facteurs expliquent la contraction de 20% du chiffre d'affaires, qui a atteint 153,2 millions de francs.

Fermeture d'un site

Renonçant à la fabrication de tissus, Calida a fermé ses ateliers de tissage de Sursee. La confection est désormais concentrée au Portugal et en Hongrie, les ateliers de Bangalore (Inde) ont été vendus. La conception, la taille et le stockage sont centralisés à Sursee. Avec la simplification de l'organisation, ces mesures contribuent à baisser les coûts tout en permettant de maintenir le même niveau de qualité, aux dires de Felix Sulzberger.

Calida distribue maintenant quelque 400 articles, dont une bonne moitié appartient à de nouvelles gammes de produits comprenant notamment des sous-vêtements en fibres «intelligentes» principalement destinés aux sportifs. Avec cette mise au goût du jour de sa production, qui sera constamment poursuivie, l'entreprise lucernoise compte renforcer ses parts de marché dans les pays où elle bénéficie d'une grande notoriété, soit la Suisse et l'Allemagne, où elle se félicite du succès de ses «shops in shops» dans les grands magasins Karstadt et d'un récent contrat avec le distributeur par correspondance Otto Versand.

Retour aux chiffres noirs cette année?

La perte de 6,4 millions réalisée en 2002 inclut des coûts extraordinaires de 1,1 million de francs liés à la fermeture de l'atelier de Sursee (plan social et amortissements de matériel). Le groupe souligne par ailleurs qu'il a atteint un bénéfice opérationnel au deuxième semestre, s'élevant à 1,9 million de francs. Annuellement, la perte opérationnelle a pu être ramenée à 3,6 millions, contre 16,7 millions de francs. Felix Sulzberger fait aussi remarquer que les mesures de réduction des coûts n'exerceront leur plein effet qu'en 2003.

Cet ensemble de données amène la direction de Calida à escompter un retour aux chiffres noirs en 2003, tout en constatant que le chiffre d'affaires diminuera probablement encore quelque peu, aucune reprise n'étant en vue.