La SEC, le gendarme de la bourse américaine, a annoncé jeudi suspendre les échanges sur les actions d'une obscure société inactive, dont le cours est monté récemment à Wall Street après sa promotion sur des réseaux sociaux. 

SpectraScience, une société enregistrée dans le Minnesota (nord), est «défaillante» dans ses obligations règlementaires, explique dans un communiqué la SEC. Cette société n'a par exemple pas publié ses comptes financiers depuis 2017: «Son site internet et le numéro de téléphone ne fonctionnent pas», souligne la SEC.

Lire aussi la chronique: Après GameStop, le tether, le bitcoin et les cryptos?

Or, depuis la fin du mois de janvier, la société fait parler d'elle sur les réseaux sociaux: «Certains comptes sur les réseaux sociaux se seraient engagés, dans une tentative coordonnée, à influencer artificiellement le cours de l'action SpectraScience Inc.»

Appel à la prudence

L'autorité des marchés financiers indique avoir émis le 30 janvier un avertissement aux investisseurs pour leur éviter une mésaventure liée à des informations récoltées sur les réseaux sociaux.

«Cela est un rappel que les investisseurs doivent faire montre d'une extrême prudence, quand il s'agit d'investir sur la base d'un soudain enthousiasme pour un produit financier, en particulier alimenté sur les réseaux sociaux, et, en l'occurrence, lorsque cet intérêt ne paraît lié à aucune information concernant l'entreprise ou l'industrie», dit Melissa Hodgman, une responsable de la SEC.

Lire encore: Après GameStop, faut-il réglementer les forums de discussion?

Le précédent GameStop dans les esprits

La décision de la SEC intervient peu après la saga GameStop, la chaîne de magasins de jeux vidéo, dont le titre s'est envolé en janvier après avoir été promu sur le forum WallStreetBets de la plateforme Reddit.

Une armée d'investisseurs en herbe s'était alors liguée contre de grands fonds spéculatifs de Wall Street ayant parié sur l'effondrement boursier de GameStop et d'autres entreprises à la santé financière fragile et au modèle économique déclinant. Des achats massifs des titres de ces sociétés les avaient fait décoller au grand dam de plusieurs hedge funds, forcés de racheter les actions au prix fort afin d'éviter des pertes colossales. GameStop a cependant abandonné une très grande partie de ses gains depuis son pic du mois dernier: son action, qui valait 347,51 dollars le 27 janvier, s'échange désormais aux alentours de 51 dollars.