De la friperie aux magasins Emmaüs, en passant par les premières plateformes numériques de revente en ligne, la «seconde main» n’a rien d’une innovation commerciale. L’écoulement à grande échelle de produits d’occasion est par exemple établi depuis longtemps dans les secteurs de l’automobile et du jouet.