En arrivant à un nouveau poste à responsabilité, certains cadres décident immédiatement de changer l’heure des réunions, de redistribuer les tâches des collaborateurs ou encore de modifier la structure de leur équipe. Autrement dit, de changer pour changer, pour se démarquer de son prédécesseur ou sa prédécesseure et pour mettre en valeur ses propres capacités.

Raphaël H. Cohen est directeur académique de la spécialisation leadership entrepreneurial du eMBA de l’Université de Genève, et chroniqueur pour la page Carrières. Lors de ses interventions en entreprise, il constate fréquemment cette logique. «Nous voyons souvent de nouveaux cadres décider de changements soudains, comme de mettre fin à une formation, par exemple, raconte-t-il. Quand nous demandons pour quelles raisons, la réponse se limite souvent à «le temps est venu de faire autre chose». Pour justifier son nouveau rôle, il est plus facile de démolir ce qu’a fait son prédécesseur. C’est aussi une façon de marquer son territoire.»