Le premier semestre a été marqué par un nombre sans précédent d’accidents dans le commerce de matières premières, en particulier en Asie et au Moyen-Orient. Des banques et des fonds d’investissement finançant cette activité ont subi des pertes ou sont exposés à des créances douteuses en millions ou en dizaines de millions de francs, à Genève, mais pas seulement.

Certains acteurs parfois importants du financement du commerce de matières premières ont annoncé qu’ils se retiraient de ce métier ou qu’ils prévoyaient de diminuer leurs volumes d’affaires à l’avenir. Des observateurs craignent qu’un redimensionnement de cette activité dans les banques genevoises ne mette en danger l’écosystème des matières premières dans le canton, qui pèse près de 10% du PIB genevois. D’autres estiment au contraire que les accidents survenus dans des juridictions concurrentes de la place genevoise, comme Singapour ou Dubaï, pourraient profiter aux acteurs basés à Genève.