Il devait juste recevoir un «avertissement». Finalement, Antonio Horta-Osorio a été poussé à la démission. Le président de Credit Suisse, en poste depuis le printemps dernier, quitte la banque avec effet immédiat, selon un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi. Le banquier britannico-portugais succombe à l’affaire des quarantaines courbées. Deux fois, il n’avait pas respecté les règles en vigueur, en juillet en Grande-Bretagne, en novembre en Suisse.