La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a exhorté, lundi, les élus du Congrès à agir «dès que possible» pour relever le plafond de la dette, et permettre aux Etats-Unis d'honorer leurs engagements financiers et d'éviter le défaut de paiement.

«J'exhorte respectueusement le Congrès à protéger la pleine confiance et la crédibilité des Etats-Unis en agissant dès que possible», a prié Janet Yellen dans une lettre transmise aux élus du Congrès, alors que le plafond de la dette est de nouveau effectif depuis dimanche, après deux années de suspension.

A lire: L’explosion de la dette publique devient «acceptable»

Pour honorer ses engagements et financer ses dépenses ainsi que les lois déjà adoptées par le Congrès, le pays émet des obligations d'Etat, qu'il rembourse lorsqu'elles arrivent à échéance. Or, lorsque le plafond de la dette est atteint, le pays ne peut plus se financer par l'emprunt et doit utiliser les fonds dont il dispose.

Un sujet récurrent dans la vie politique américaine

Janet Yellen a ainsi annoncé la mise en oeuvre de certaines «mesures extraordinaires», visant à suspendre certaines dépenses, comme elle en avait déjà fait part aux élus dans un précédent courrier du 23 juillet.

Mais selon certains économistes, cela n'offrira qu'un répit de quelques semaines avant le défaut de paiement. Les mesures «permettront d'emprunter environ 350 milliards de dollars supplémentaires, mais nous prévoyons que ce montant sera épuisé d'ici la fin septembre», a ainsi calculé Nancy Vanden Houten, d'Oxford Economics, dans une note publiée lundi matin.

Le sujet est récurrent dans la vie politique américaine. Ainsi, depuis 1960, le Congrès a agi à 78 reprises pour relever ou suspendre cette limite d'endettement, détaille le Trésor sur son site internet. Le plafond de la dette avait été suspendu en août 2019, jusqu'au 31 juillet 2021, grâce à un accord trouvé entre l'administration Trump et le Congrès.

Sur le sujet: Le jour où les Etats-Unis ont fait défaut

De nouveau en vigueur depuis le 1er août, la dette a été réinitialisée au montant de vendredi, soit un peu plus de 28 000 milliards de dollars, selon les chiffres du Trésor.

Le risque d'une déflagration financière

La dette et le déficit des Etats-Unis ont grimpé en flèche pendant la pandémie de Covid-19 car le gouvernement a adopté trois plans massifs de dépenses face à la crise économique. Un défaut de paiement des Etats-Unis provoquerait également une déflagration financière.

Lire encore: La croissance américaine repart en trombe en 2021

En 2011, l'agence de notation Standard and Poor's avait ainsi retiré au pays sa note «AAA», qui leur permettait en principe d'emprunter sur les marchés au coût minimum, sanctionnant de longs mois de blocage politique sur le relèvement du plafond de la dette.