C’est en tout cas un bon coup de pub pour le livre de Mark Pieth. Deux jours avant la sortie de Gold Laundering: The Dirty Secrets of the Gold Trade – And How to Clean Up, aux Editions Salis (non traduit en français), Metalor faisait parvenir au début de la semaine dernière un communiqué à toutes les rédactions. Il y annonçait son intention de ne plus s’approvisionner auprès des mineurs artisanaux de Colombie et du Pérou.

Lire aussi: La Suisse peine à s’approvisionner en or durable