En 2037, les compagnies pétrolières et gazières auront épuisé le quota d’émissions carbone qui leur est alloué jusqu’en 2050 pour limiter le réchauffement global des températures à 1,5°C au-dessus du niveau préindustriel. Selon un rapport publié ce jeudi par la World Benchmarking Alliance, le Carbon Disclosure Project (CDP) et l’Agence française de la transition écologique, au rythme actuel le secteur devrait représenter 80% du budget carbone restant pour remplir l’objectif de l’Accord de Paris.

Pour cette étude, les trois organismes, spécialisés dans l’évaluation des politiques de développement durable et les questions environnementales, ont établi un classement des 100 principales entreprises pétrolières et gazières en prenant en compte notamment leur modèle d’affaires, leurs objectifs de réduction des émissions ou encore leur attitude vis-à-vis des politiques climatiques. Les dix premières places de ce classement sont occupées par des entreprises européennes, avec en tête le spécialiste du raffinage finlandais Neste. Un résultat qui est dû aux pressions externes plus qu’à une véritable prise de conscience.