Très attendus, les premiers résultats sont tombés. Devant cette avalanche de données, les chiffres des principales valeurs du secteur high-tech sont particulièrement suivis, sachant qu'ils donnent la tendance pour le sous-secteur concerné.

Vedette de ce début d'année avec les autres valeurs Internet, Yahoo! avait ouvert le bal en fin de semaine passée. Malgré des objectifs revus à la hausse, un résultat net doublé, des recettes publicitaires en hausse de 44%, l'action a chuté, le marché s'avouant encore plus optimiste. Pour preuve, Yahoo! (+97% à la Bourse), Amazon (+103%) et eBay (+66%) ont vu leur valorisation prendre l'ascenseur depuis le début de l'année. Le deuxième semestre sera crucial pour ces valeurs guettées par la surchauffe.

Dans les semi-conducteurs, la bonne nouvelle est venue d'Intel. Le numéro un mondial a annoncé mardi soir après la clôture de Wall Street un bénéfice net par action de 14 cents, supérieur à la valeur médiane des estimations. Son chiffre d'affaires progresse de 1% par rapport au premier trimestre, à 6,8 milliards de dollars. Ce qui est plutôt une bonne performance dans la mesure où, pour des facteurs saisonniers, ce second trimestre est généralement stable ou en baisse. Pour le trimestre à venir, Intel anticipe des ventes comprises entre 6,9 et 7,5 milliards de dollars, ce qui correspond au pire à une hausse de 6,1% par rapport à 2002. Craig Barrett, président d'Intel, a mis aussi l'accent sur l'accueil positif réservé aux microprocesseurs Centrino, destinés pour l'instant seulement aux ordinateurs portables pour se connecter sans fil à Internet (Wi-Fi).

Le marché des mobiles à la peine

L'horizon semble moins radieux pour le marché de la téléphonie mobile. C'est l'enseignement tiré de la publication, mardi toujours, des résultats de Motorola. Le deuxième fabricant mondial a vu ses ventes baisser au deuxième trimestre (–7,4% à 6,2 milliards de dollars) et se montre prudent pour l'avenir. Le marché asiatique, très porteur, inspire particulièrement des inquiétudes. Le ralentissement économique observé dans la région suite à l'épidémie de pneumopathie atypique pèse sur la demande. De plus, la naissance d'une myriade de concurrents locaux rend le marché chinois plus disputé que prévu. Le numéro un Nokia, dont les résultats sont attendus vendredi, devrait apporter des éléments de réponse au fondement de cette bataille en Chine.

Les mauvaises affaires de ces fabricants pèsent sur les équipementiers télécoms. L'américain Lucent Technologies a annoncé, mardi toujours, un chiffre d'affaires inférieur aux prévisions initiales (–18%). La réduction des dépenses en Amérique du Nord et la conclusion retardée de certains contrats ont eu «des conséquences négatives sur le chiffre d'affaires de notre division télécommunications mobiles», explique le groupe dans un communiqué.