Le Sénat américain a adopté mardi à l'unanimité un nouveau plan de près de 500 milliards de dollars (461 milliards d'euros) pour soutenir les PME durement frappées par la crise liée au Covid-19, aider les hôpitaux et renforcer le dépistage du coronavirus.

Soutenu par Donald Trump, ce texte comprend une enveloppe de 320 milliards de dollars (295 milliards d'euros) qui seront déboursés sous forme de prêts aux entreprises de moins de 500 employés. Il inclut également 75 milliards (69 milliards d'euros) d'aides pour les hôpitaux, 25 milliards (23 milliards d'euros) pour le dépistage du coronavirus, ainsi que 60 milliards (55,3 milliards d'euros) de prêts destinés à d'autres secteurs impactés par l'économie, notamment dans l'agriculture.

Lire aussi:  Le Sénat américain approuve le gigantesque plan d'aide économique

Le plan sera soumis à un vote final jeudi à la Chambre des représentants, où il devrait être approuvé avant d'être promulgué par le président américain. «J'appelle la Chambre à adopter ce texte», a déclaré Donald Trump lors de sa conférence de presse quotidienne.

Les parlementaires rappelés à Washington pour voter

Ces nouveaux fonds destinés aux PME viendront s'ajouter à 349 milliards (321,7 milliards d'euros) déjà dépensés pour les soutenir. Cette enveloppe avait été approuvée fin mars dans le cadre d'un plan de relance de 2 200 milliards de dollars (2028 milliards d'euros), un montant historique pour soutenir l'économie frappée par la pandémie qui a déjà tué plus de 43 000 Américains et fait quelque 22 millions de chômeurs aux Etats-Unis.

Fruit de difficiles négociations, le plan a été approuvé à l'unanimité par une poignée de sénateurs, certains portant des masques dans les couloirs du Congrès.

La Chambre des représentants ne pourra pas opter pour un vote par acclamation, qui aurait permis de n'avoir également que quelques élus dans l'hémicycle, car des républicains ont menacé de s'y opposer. Elle devra donc rappeler ses parlementaires à Washington jeudi, à partir de 10 heures (16 heures en Suisse).

Le chef de la majorité démocrate, Steny Hoyer, s'est dit confiant qu'une majorité des 429 élus pourraient être présents, soit un nombre suffisant pour autoriser le vote, qui pourrait toutefois prendre plusieurs heures à cause des mesures de précaution pour éviter la propagation du virus. La Chambre pourrait profiter de cette séance pour autoriser le vote par procuration pour de prochains votes.

Une priorité de Donald Trump

«Voilà un véritable exemple d'union pour combattre ce virus», a salué le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, qui a mené les négociations avec les démocrates et les républicains sur le plan d'aide aux PME.

Le premier volet de l'aide aux PME a été critiqué car de grandes entreprises ont pu en bénéficier. Pour tenter cette fois d'améliorer l'accès aux prêts des toutes petites structures, qui n'ont parfois pas de relations aussi étroites avec les grandes banques, 60 milliards de dollars (55 milliards d'euros) seront alloués exclusivement par de plus petits créanciers.

Plus de 1,6 million d'entreprises ont déjà pu toucher des fonds, dont «plus d'un million» ont moins de dix employés, a défendu Steven Mnuchin. Les prêts sont octroyés aux PME par des banques mais l'Etat fédéral les garantit, en s'engageant à annuler la dette si l'entreprise bénéficiaire garde ses employés ou réembauche ceux qui ont été licenciés d'ici au 30 juin.

Lire encore: Un plan de sauvetage pour les compagnies aériennes américaines

Donald Trump, en lice pour sa réélection en novembre, a fait de la préservation de l'emploi sa priorité absolue. Et la crise du Covid-19 a poussé la Maison-Blanche à s'accorder avec les démocrates du Congrès pour mobiliser des sommes exponentielles.

Un quatrième grand plan de relance attendu

Maintenant qu'un accord sur l'enveloppe de près de 500 milliards de dollars a été trouvé, des négociations ardues vont démarrer sur un quatrième grand plan de relance. Il sera «plus vaste, plus audacieux, meilleur», a promis mardi le chef de la minorité au Sénat, Chuck Schumer.

Donald Trump a détaillé, dans un tweet, ses grandes priorités pour ce prochain volet: «des allègements budgétaires pour les Etats/collectivités locales», des investissements «dans les infrastructures», «des aides fiscales» destinées aux secteurs de la restauration, des divertissements et du sport, ainsi que des «réductions des charges salariale».